15 novembre 2020

« L’Évangile de ce dimanche, par la parabole des talents, nous présente trois figures qui représentent l’attitude de toute l’humanité envers le Seigneur, son Créateur et son Maître. Ici, nous trouvons au moins deux idées principales : la confiance du Maître aux serviteurs et son départ pendant que ces derniers font fructifier les talents confiés. Nous sommes déjà au trente-troisième dimanche, c’est-à-dire, presque à la fin de l’Année liturgique A. La Parole de Dieu nous oriente vers la dimension eschatologique : attendre la venue du Christ, et en même temps, elle nous invite à nous rendre compte de notre manière de vivre en tant que chrétiens : comment pouvons-nous faire pour aller à la rencontre du Seigneur.

Ici, je voudrais m’arrêter sur le troisième serviteur dont parle Jésus dans le passage de l’Évangile. Il nous semble que Dieu est injuste en donnant les talents à ses serviteurs : le premier a reçu 5 talents et le deuxième, 2 talents, tandis que le troisième, il n’en a reçu qu’un. En fait, le Christ lui-même a précisé que le Maître a confié les talents à ses serviteurs « à chacun selon ses propres capacités ». Donc il ne s’agit pas d’inégalité, mais plutôt d’amour, de bonté et de bienveillance de la part du Créateur pour chacune de ses créatures. Autrement dit, Dieu voit la réalité de notre être mieux que nous et il respecte absolument notre liberté par laquelle nous construisons notre vie, donnons un sens à notre existence et atteignons notre but ultime au-delà de la mort. En effet, après avoir donné les talents aux serviteurs, le Maître est parti en voyage. Nous pourrions dire qu’il s’efface afin que ses serviteurs cherchent librement le moyen d’accomplir la mission confiée. Nous avons tous fait l’expérience de cela dans la vie quotidienne. Ce qui nous intéresse ici, c’est la réaction des serviteurs. Après le départ du maître, aussitôt le premier et le deuxième s’en allaient pour les faire valoir. Ils ne voulaient pas attendre car le temps est de l’or. Au contraire, le troisième, au début, il ne disait rien contre son maître, mais sa manière d’agir l’exprimait explicitement : il alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. Et surtout, quand son maître revint, il s’approcha en lui disant : « tu es un homme dur, tu moissonne là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. » Il termina sa colère envers son maître par ce mot : « le voici. Tu as ce qui t’appartient. »

Quel est le message pour chacun de nous à travers cette parabole ? il ne faut pas que nous réagissions comme la logique du troisième serviteur, celle du devoir imposé, de la menace, de la peur et de l’esclavage. C’est une logique donnant-donnant et celle de dette. Car elle pourrit notre confiance au Seigneur, et en même temps elle étouffe aussi nos relations avec Lui et notre prochain. Il vaut mieux imiter le comportement des deux premiers serviteurs qui évoque la logique du don, de la générosité, de l’amour, de la liberté, de l’engagement inconditionnel, de la responsabilité et de la confiance totale au Seigneur. Cette logique-là exprime la beauté du geste, l’espérance infaillible et la fécondité d’un don quand il est reçu simplement. Chers frères et sœurs, l’Évangile d’aujourd’hui insiste sur l’attitude intérieure avec laquelle nous accueillons et nous valorisons les dons reçus qui sont peut-être les qualités naturelles, mais aussi les richesses spirituelles telles que la Parole de Dieu, les Sacrements, les dons de l’Esprit Saint, etc. Dieu nous les a tous donnés dans le Christ. Il ne faut pas les ensevelir par peur, par paresse, par recherche de nos intérêts propres, des préjugés, etc. Surtout, pendant le confinement, nous devons trouver d’autres moyens pour faire fruitier ces dons-là dans la mesure qui nous ne le permet. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est la journée mondiale des pauvres et aussi la journée nationale du Secours Catholique. Nous sommes appelés à tendre la main à ceux qui vivent une telle pauvreté, à leur rendre service afin de leur faire sentir la chaleur de l’amour qui rompt le cercle de la solitude. « Tendre la main au pauvre », c’est une manière de fruitier notre don reçu et d’accomplir notre responsabilité, car « vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10,9). « Tendre la main au pauvre » nous aide également à sortir de l’attitude de ceux qui tiennent leurs mains dans leurs poches et ne se laissent pas émouvoir par la misère des autres.

Seigneur, donne-nous la force et le courage pour vivre l’esprit évangélique dans notre quotidien. Amen. »

Post Author: webmestre