17 mars 2019

« Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés »

Ce récit est appelé « la transfiguration » car sous les yeux de 3 personnes, Jésus s’est transformé, littéralement métamorphosé : il est devenu lumineux. Et il est apparu avec deux personnes ayant vécu dans les siècles précédent, avec qui il parlait.

Ce phénomène surnaturel a marqué les 3 témoins, et ils en ont compris la portée des mois ou des années plus tard, lorsque Jésus est ressuscité, lorsqu’il s’est montré vivant après sa mort.

Ce qui peut nous intéresser ce matin, c’est ces deux aspects chez les 3 témoins : ils étaient « accablés de sommeil », et ils sont « restés éveillés ».

Quand vous avez sommeil, vous sentez un poids s’abattre sur vous.

Ce sommeil nous interroge sur nous-mêmes. Beaucoup de chrétiens et de responsables se sont laissé aller, abandonnant la prière, la charité, taisant le témoignage de leur espérance.
L’amour se refroidit, les flammes de la passion sont derrière, si tentées qu’on l’ait connue.
On se disait hier catholique, on se dit aujourd’hui croyant. Ça fait plus ouvert. Ça fait surtout plus endormi et moins conscient.
On se disait prêtres, et finalement Jésus nous a moins intéressé que des passions de remplacement.
A ceux qui ont beaucoup reçu, il sera beaucoup demandé : nous avons revêtu le baptême, ce vêtement blanc signe de la lumière qui habite notre être, notre âme, notre cœur d’enfant ! C’est une grâce à vivre, un cadeau extraordinaire à ouvrir pour en profiter ! Découvrons qui est notre Dieu !! Un feu d’artifice nous attend.

« Restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés »

Malgré leur sommeil, Pierre, Jacques et Jean sont restés éveillés.
Malgré une Europe endormie, il y a 100, 200, 300, 400 personnes tous les dimanches ici. Parce que il y a une lutte pour rester « éveillés » ; vous et moi nous avons dans cette lutte eu la grâce d’être témoins d’un truc surnaturel. Encore un. Ça n’arrête pas. Ça n’arrête pas depuis le début.

Première lecture sur Abraham tout à l’heure : – 1800 avant Jésus-Christ, il y a 4000 ans donc, une manifestation surnaturelle sous la forme de feu, de flammes.

Évangile sur Jésus, il y a 2000 ans, en haut de la montagne Pierre, Jacques et Jean : le visage de Jésus devient « autre », « éblouissant », plus besoin de soleil.

Vous savez que des gens, même de baptisés, se mettent parfois autour d’une table pour invoquer les morts et voir bouger des lettres. C’est une parodie, une insulte à notre baptême. Notre Dieu est le Dieu des vivants, pas des morts.

Si vous recherchez le frisson, l’évangile vous montre une belle « frayeur », celle des 3 témoins de la Transfiguration : voilà le vrai surnaturel, la beauté et la puissance de Dieu. Une présence vous submerge, vous découvrez votre vie à la merci de la sienne, et ça peut vous rappeler quelque chose de précis : quand vous êtes amoureux, et l’un près de l’autre.

Ne vivons pas avec une religion de misère, affadie, dessalée : à force de virer tout ce qu’il y a à voir, à toucher, à sentir, à respirer, à goûter, eh bien il reste rien, ni vie, ni passion.

Vous les couples qui venez vous préparer au mariage, venez s’il vous plaît redonner des flammes à notre Église.. Ravivez votre foi en Dieu. Dieu est un feu, et l’Église est sa fiancée, sa chérie avec qui il a noué son alliance. Jésus est tellement attaché à son Église qu’il a accepté d’être planté par des clous sur une croix de bois pour bien nous faire réaliser.

Il est compréhensible que des victimes quittent l’Église ou s’en tiennent à distance. Dieu les couvrira de sa gloire comme il l’a fait pour Pierre Jacques et Jean, et ils resplendiront dans le ciel.

Mais à nous Jésus ne demande pas de quitter l’Église, de s’en éloigner car ce serait crucifier Jésus une deuxième fois. Jésus recherche des personnes pour le consoler des outrages, pas pour l’abandonner un peu plus.

Nous sommes infiniment aimés, éternellement aimés de Dieu, de Jésus.
Jésus pourrait nous dire ce matin : veux-tu éclairer mon Église de l’intérieur ?

Oui, mettez vos flammes dans l’Église, éclairez-là comme Jésus transfiguré éclaire , non pas de l’extérieur, mais de l’intérieur.

Post Author: webmestre